Soyez_Vous_Meme_Affiche.png

SOYEZ VOUS-MÊME

Soyez vous-même est un entretien d’embauche un peu particulier qui réunit, dans une entreprise qui produit et commercialise de la javel, une directrice aveugle dont la stratégie de communication confine au mysticisme et une jeune postulante au profil idéal, enthousiaste et positive. Très vite, l’enjeu professionnel disparaît au profit de questions existentielles, à la fois loufoques et inquiétantes.

Entre grotesque, poésie, hystérie et questionnement philosophique, Soyez vous-même détourne les codes du huis clos et de la satire sociale pour dessiner une comédie acide et déjantée où tous les moyens – humiliation, menace, séduction, chantage et même roulette russe - sont bons pour tenter de parvenir à être soi-même.

Texte et mise en scène :
Côme de Bellescize
La directrice : Eléonore Joncquez / La jeune femme : Fannie Outeiro / Lumière : Thomas Costerg / Son : Lucas Lelièvre / Costumes : Colombe Lauriot-Prévost / Direction technique : Arnauld Prauly / Collaboration artistique : Vincent Joncquez

 La Presse en parle

  • « Un sado-masochisme cocasse et drôle. Les deux comédiennes s'opposent en tous points et sont toutes deux excellentes. » Télérama TT

  • « Ah l'épatant spectacle que voilà ! Ramassé, original, percutant, méchant. [...] Une vraie réussite. » Le Canard enchaîné 

  • « Côme de Bellescize n’est pas avare d’invraisemblable et de cruauté. Il s’appuie sur deux comédiennes que l’on connaît et que l’on admire. » Figaroscope

  • « Un entretien d’embauche transformé en un rodéo d’humour et de cruauté. » L'Humanité

  • « Une pièce entre humour et sadisme, provocation et torture mentale, portée par deux jeunes actrices pétries de talent. » Marianne 

  • « On rit le plus fort possible pour ne pas pleurer face à cette analyse si cinglante de la vérité.» Théâtral magazine

  • « Soyez vous-même : Côme de Bellescize s’attaque à cette injonction contemporaine, qu’il tourne en dérision avec philosophie. [...] une pièce décapante ! » Philosophie magazine

  • « Parfois drôle, parfois cynique, la pièce de théâtre parvient à chambouler le spectateur. » Ouest-France

  • « Les rires fusent à foison dans ce tourbillon de perdition. [...] 
    Ce spectacle jubilatoire est à découvrir de toute urgence ! » Théâtres.com

  • « Dans ce huis clos écrit d’une plume aiguisée deux monstres de notre société du travail tout-puissant s’affrontent. » IO Gazette

Revue de presse